Aides Covid

Nous nous en sommes déjà émus sur nos sites : Dans le cadre de la crise sanitaire, le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères a mis en place en avril 2020 un dispositif exceptionnel d’aide sociale, le « secours occasionnel de solidarité ».

Mais les critères d’éligibilité de ces aides étaient si restrictifs qu’ils ne pouvaient aucunement répondre aux attentes de nos compatriotes durement affectés par la crise économique due à la pandémie. Suite à nos protestations, le gouvernement a dû revoir ses critères à l’automne pour servir les besoins à partir de septembre. Du temps de gagné pour Bercy !


En conséquence, sur les 50 millions € annoncés en juillet seuls 4,7 millions ont été réellement utilisés pour ces secours occasionnels en 2020, soit moins de 10 %, aussi parce que les aides ont été alignées sur les taux de base habituels de quelque 180€ par adulte et par mois et que l’information a été très irrégulière dans certains consulats.
Beaucoup de nos compatriotes n’ont pu y avoir accès. Nous demandons que l’accès à ces aides soit facilité et prorogé au 2e semestre 2021, que l’information soit mieux faite, que les montants soient rehaussés, et que les étudiants ou jeunes Français à l’étranger privés de leur minijob, sans leur famille sur place, ou hors des programmes de prise en charge puissent également en bénéficier.

Urgence ! La Lutte contre les violences conjugales et intra-familiales

L’année 2020 a malheureusement vu la montée des violences intrafamiliales et conjugales. Il faut mettre en place un réel travail d’information et de veille, et que le Ministère de l’Europe et des Affaires étrangères engage des actions concrètes pour protéger les victimes. Cela pourrait se faire par l’envoi d’une infolettre des consulats à tous les Français sur les numéros et centres d’urgence contre les violences conjugales de nos pays d’accueil.

Il est nécessaire de mettre en relation les structures aidantes associatives ou publiques, d’aider les victimes à trouver un emploi, de faire connaitre les programmes qui permettent l’aide à la sortie du sans-abrisme ou de situations de violence avec accompagnement social, psychologique, juridique.

Une action locale dans une pensée globale – le Glokal

Oui, ce concept est déjà bien ancien et de plus en plus ancré dans les mœurs. Et c’est très bien car dans notre monde globalisé, nous ne pouvons pas voir les choses autrement qu‘ainsi, à une échelle individuelle, comme nous le sommes chacun à notre niveau. 

Si l‘on veut changer le monde, commençons par se changer soi-même et être en cohérence avec ses convictions. 

A Berlin, dans les nouveaux Länder et globalement en Allemagne du Nord, c’est possible. 

Beaucoup d’initiatives locales existent et sont de plus en plus connues pour tous les curieux de la nature, de la biodiversité, et du vivre ensemble en action collective. 

On est frappé, quand on vit à Berlin, du nombre de belles initiatives dans le domaine de la recherche autour de l’économie de la ressource en eau, de l‘optimisation énergétique et de la sensibilisation vers les plus jeunes comme vers les plus anciens; de nombreux projets émergent, dans les quartiers ou dans les forêts. 

Un projet urbain déjà ancien (commencé en 2004 à côté de Postdamerplatz), et nommé „Block 6“, montre qu’il est possible de recycler directement les eaux grises et de pluies et de les réintroduire dans les canalisations des immeubles. Même si cela demande un système de double canalisation dans les immeubles, avec l’eau potable en entrée et une séparation entre eau brute propre pour les toilettes et eaux usées noires séparées des eaux grises en sortie. Le projet Block 6 a montré qu’il était possible de traiter ces eaux localement et de les réinjecter directement dans les réseaux. Ce qui permet à la fois de réduire la consommation d’eau potable et d’atteindre la rentabilité au bout de 6 ans (d’après l’étude sus-citée). 

Dans les autres Länder, beaucoup d‘initiatives et de projets existent pour faire avancer la renaturalisation des écosystèmes ou la sensibilisation et l’observation de la biodiversité. 

Le Land Meklenburg Vorpormern recèle de fabuleux lacs connectés les uns aux autres qui permettent aux curieux de découvrir une région magnifique, aux plantes sublimes et à la beauté des oiseaux migrateurs. 

A une centaine de km de Berlin vers le sud, la région de la Basse-saxe, anciennement exploitée pour son charbon tente une reconversion économique et environnementale importante. Cela va prendre du temps mais les convictions des locaux et les volontés politiques montrent que le mouvement est lancé et qu’une amélioration est là. 

Suspension des retraites françaises à l’étranger – certificats de vie.

Arrêtons l’acharnement sur les retraités à l’étranger en pleine pandémie !

Afin de toucher leur retraite, les non-résidents retraités bénéficiant d’un régime français doivent fournir à leur caisse de retraite française un «certificat de vie» ou «certificat d’existence» une fois par an, via Info-Retraites. C’est l’aboutissement de la mutualisation enclenchée sous le quinquennat de François Hollande, qui a mis fin à l’envoi multiple de certificats à chaque caisse de retraite tout au long de l’année. Plus de 80% des retraités concernés les envoient par voie postale. La dématérialisation de leur transmission est une avancée majeure pour ceux qui sont équipés et habitués à l’administration électronique mais elle est excluante pour les autres. 

Depuis un an, des problèmes techniques dans la gestion de ces certificats de vie envoyés par la poste, combinés aux effets de la pandémie, ont mené à la suspension de nombreuses retraites et retraites complémentaires, mettant en grande difficulté financière des milliers de compatriotes. Les conseillers des Français de l’étranger socialistes ont lancé l’alerte dès 2020.

Le 2 avril dernier, au lieu de prendre acte des dysfonctionnements et d’introduire plus de souplesse dans le dispositif, comme demandé par les élus, le gouvernement a décidé par décret de réduire de 3 à 1 mois le délai de transmission et de traitement des certificats de vie avant la suspension des retraites. https://www.legifrance.gouv.fr/jorf/id/JORFTEXT000043328910

Actuellement, le délai de trois mois peut déjà être difficile à tenir car les certificats doivent d’abord être signés par une autorité locale compétente, et cela depuis que le gouvernement a supprimé en avril 2019 le service public consulaire de signature des certificats de vie. Nous avions déjà alerté sur l’absence de traduction des certificats de vie dans certaines langues qui aboutit au refus de signature des autorités locales.

Les délais d’acheminement postaux peuvent être très longs, notamment en Asie, en Afrique ou et Amérique Latine. Raccourcir ce délai à un mois sera intenable pour de nombreux retraités, qui risquent de se retrouver sans ressources en cas de retard. En pleine pandémie, réduire les délais ainsi va mener à des suspensions de retraites. 

Pour la Fédération des Français de l’Etranger du Parti socialiste, “après une tentative de réforme fiscale qui aurait durement frappé les retraites des Français de l’Etranger imposées en France, le gouvernement met maintenant en danger le versement même de retraites. Elles sont le fruit de leur travail, leur versement est un droit”. Nous regrettons cet acharnement et demandons le retrait immédiat de ce décret. Les 3 mois de délai pour la transmission et le traitement sont un minimum. Ce décret doit être retiré ou réécrit !

Par ailleurs, nous demandons : 

❶ La mise en place d’un conciliateur à l’union retraite – actuellement, lorsqu’il y a un problème de traitement des certificats de vie, les usagers n’ont aucune voie de recours, aucun numéro de téléphone à joindre, ni aucun point de contact au GIP Retraites.

❷ Le rétablissement de la compétence de tous les consulats pour signer les certificats de vie.

❸ La traduction du formulaire dans toutes les langues, afin que les autorités locales puissent les comprendre et qu’aucun frais de traduction ne soit engagé par les usagers.

Rappel : Les élus AFE peuvent transmettre les certificats d’existence. Dans les pays où les autorités locales ne peuvent les signer, nous demandons que les conseillers des Français de l’Etranger soient habilités à le faire, comme certains le font déjà dans la pratique.

extraits de FFE-PS, 10 avril 2021

L’Abi-Bac à Hanovre

Jusqu’aux vacances de Pâques, tous les cours des bacheliers se sont déroulés en présentiel, contrairement aux autres écoles hanovriennes. Les élèves étaient partagés en 2 groupes répartis dans les bâtiments de la Käthe-Kollwitz-Schule, la seule école de Basse-Saxe à proposer l’Abi-Bac.  

Pour les candidats, les cours en présentiel précédant le début des épreuves du baccalauréat ont été annulés afin d’éviter toute contamination qui conduirait à une quarantaine pendant les périodes d’examen. Après les vacances, des vidéo-conférences seront donc organisées avec les professeurs pour répondre aux dernières questions. 

Les inscriptions et autres formalités se feront après les vacances par groupe de 20 personnes au maximum.

Les épreuves du baccalauréat se dérouleront dans les gymnases de l’école avec une distance réglementaire de 4 mètres entres les élèves. Toutes les fenêtres seront ouvertes pour leur permettre d’enlever leur masque pendant la durée des examens. 

Le déroulement de l’épreuve de littérature française, qui a normalement lieu en présence d’une représentante de l’Institut français, dépendra de la capacité de celle-ci à venir en Allemagne. Dans le cas où elle ne pourrait pas faire le déplacement, elle assisterait à l’épreuve par vidéo-conférence.