Éducation / Petite enfance

Ces dernières années, nous avons constaté un accroissement constant du nombre des Français résidant dans notre circonscription, notamment des jeunes familles, et, allant de pair, une demande accrue d’apprentissage de la langue française.

Nous respectons et soutenons les différents choix de nos compatriotes de scolariser leurs enfants dans des établissements co-financés par l’AEFE ou des écoles publiques bilingues ou encore des écoles allemandes proposant le français et la possibilité de passer l’Abibac.

Nous demanderons à l’Ambassade de France de soutenir de manière active tous les différents projets dans les villes de notre circonscription comme :

Berlin

Il faut maintenir et développer des classes SESB (Staatliche Europa Schule Berlin, modèle unique berlinois) dans les établissements scolaires et créer de nouvelles classes au sein d’établissements existants là où la demande des familles est particulièrement élevée, notamment dans les arrondissements de l’Est : Prenzlauer Berg/Pankow, Mitte, Friedrichshain, …

Par notre mobilisation de parents d’élèves, nos réseaux associatifs et nos conseillers consulaires nous n’avons eu de cesse de soutenir les meilleures initiatives parentales et des projets utiles mais l’implication complète des pouvoirs publics nous parait nécessaire pour que la langue française ait réellement toute sa place à Berlin.

Établissement à la pédagogie française dépendant de l’AEFE, l’École Voltaire est en expansion et profite depuis trois ans à plein du statut d’école de substitution (Ersatzschule) de la ville de Berlin et de sa relocalisation opérée en 2011, ce malgré des frais de scolarité importants à la charge des familles. Les personnels recrutés locaux sont recrutés et gérés par son Förderverein, avec le seul concours de l’Ambassade de France. Le nombre de bourses scolaires diminue régulièrement d’année en année. Nous travaillons, en lien direct avec l’AEFE, pour que le dispositif des bourses soit aménagé, au bénéfice des familles des classes moyennes et des familles monoparentales.

La consolidation juridique et financière du Lycée français de Berlin est en cours mais les blocages sont inquiétants et pourraient porter préjudice à cet établissement historique et humaniste avec double administration, unique en son genre, qui coûte cher à l’AEFE du fait de la gratuité de l’enseignement…

Hambourg

Le Lycée franco-allemand, inspiré du modèle de celui de Sarrebruck, un projet politique lancé par le premier maire de Hambourg en 2016, a été officiellement créé le 1er août 2020. Les élèves y recevront une formation bilingue en continu. Avec l’école primaire An der Elbe, chacun avec quatre classes par niveau, le futur campus Struenseestraße (Altona) accueillera le Lycée franco-allemand (trois classes par niveau prévues) et assurera la poursuite des cursus secondaires de l’École française Antoine de Saint-Exupéry.

La filière germanophone du nouveau Lycée franco-allemand de Hambourg a ouvert ses portes sur le site de l’actuel de l’École française de Lockstedt à la rentrée 2020/2021 en attendant la fin des travaux du Campus Struenseestraße prévue en 2023. La première classe concernée est une 5e classe.

Les classes suivantes (filière francophone à partir de la 6e en 2021/22) ouvriront année après année. Le secondaire est donc passé en école publique – et gratuite – lors de la fondation du LFA au 1er août dernier. Ces changements majeurs sont surtout le fruit de l’engagement de nombreux enseignants qui, avec le soutien de la Direction et des autorités scolaires de Hambourg, ont revu depuis quatre ans programmes, compatibilités des enseignements,…

L’École française élémentaire est reconnue comme Ersatzschule par le Service de l‘Éducation de la Ville de Hambourg, les élèves de l’école maternelle bénéficiant d’un accueil périscolaire-Kita dans un lieu spécifiquement dédié. Les élèves de l’École française de Hambourg pourront prioritairement intégrer la filière francophone du Lycée Franco-Allemand (LFA/DFG). Des enfants issus d´autres établissements scolaires auront la possibilité de commencer une scolarité au LFA, avec un test préalable.

En périscolaire saluons l’initiative lancée par Français du monde-adfe Hambourg “Le petit prince” pour permettre aux plus jeunes de 3 à 9 ans d’avoir accès à des activités ludiques pour la pratique du français.

Hanovre

La ville de Hanovre ne dispose que d’un établissement Abibac, la Käthe-Kollwitz-Schule, c’est le seul de Basse-Saxe, avec encore assez peu d’élèves par année malgré un gros potentiel. Cette école est trop éloignée pour certains élèves, notamment ceux de la Grundschule Suthwiesenstrasse, qui propose un profil “Französisch” de la 1e à la 4e classe. Et il faudrait renforcer l’intérêt que représente AbiBac, un cursus difficile, qui demande un investissement supplémentaire en heures, est aussi très littéraire et/ou orienté vers les sciences humaines. Beaucoup d’élèves de la Suthwiesenstrasse partent donc dans les établissements plus proches qui proposent tous du français en LV2 en 6e classe ou même en 5e classe.

La Kita franco-allemande des Petits Gaulois manque de places, elle a une longue liste d’attente, et ne peut accueillir les enfants trop jeunes, on en retard ou qui présentent un handicap mais elle développe des activités riches et ambitieuses.

Des liens forts existent entre l’Antenne Métropole (Antenne culturelle française de la Metropolregion), l’Agence consulaire et les structures préscolaires et scolaires de la ville, y compris pour associer davantage les Français de la région, améliorer encore l’information et développer et sécuriser davantage les cursus.

Leipzig

Créé en coopération entre la ville de Leipzig, cinq établissements scolaires et pré-scolaires ainsi que l’association de parents bénévoles mille-Pattes e.V. qui est responsable de l’offre pédagogique en français pour la Kita bilingue de la Tarostr. 9, un remarquable campus franco-allemand FRANZ accompagne un public francophile dès la petite enfance grâce à une KiTa bilingue (principe de l’immersion), la Pablo Neruda Grundschule + Hort (quelques cours et activités extra-scolaires en français), la Georg-Schumann-Oberschule et le Reclam Gymnasium (Abibac).

Il est actuellement nécessaire de renforcer les cursus avec plus de français en Hort et l’Oberschule. Des personnels sont en statut précaire comme étant justement des auto-entrepreneurs/Kleinunternehmer, ce qui n’est pas équitable. La place de la Kita Mille Pattes doit être renforcée pour répondre à la demande des parents (pas encore de langue française en crèche, nouveau site prévu).

=== Un lien plus fort avec l’Institut français et l’Agence consulaire semble nécessaire pour davantage associer les Français de la région et améliorer l’information.

Brême

La ville-État de Brême a lancé un cursus Kita-école primaire-lycée avec du français sur ses fonds propres (Freiligrath Grundschule, Horn Gymnasium, Abibac). L’homologation a été retirée à l’école car les critères n’étaient pas remplis mais la France, outre le label FrancEducation, n’a jamais apporté de financement si ce n’est par la réserve parlementaire de Mme la Sénatrice Claudine Lepage. En 2019 enfin, le dispositif  Stafe d’aide aux associations, et avec notre intervention, a pu cofinancer un projet pédagogique.

=== Un lien plus fort encore avec l’Institut français et l’Agence consulaire semble nécessaire, de même pour associer encore davantage les Français de la région et améliorer l’information.